Vos données sont-elles dans le système ?

L’analyse des données de santé est un sujet majeur. Elle permet de tirer parti des informations existantes afin d’aider les médecins dans leurs décisions quotidiennes et la mise en place des traitements, réduisant ainsi les risques d’erreurs et les coûts. Alors que nous sommes aujourd’hui focalisés sur la façon d’extraire les données des systèmes d’information de santé notamment pour les partager ou les exploiter, ne devrions-nous pas plutôt, en premier lieu, être préoccupés par « si et comment » les données entrent dans le système d’information ?
Par
Big data santé, entrer les données dans les systèmes d’information est tout aussi important que de pouvoir les en extraire.

 

Votre système d’information est-il prêt à recevoir vos données ?

    Si vous êtes assez chanceux pour travailler dans un cabinet ou un établissement de santé qui a déjà un certain niveau d’informatisation et qui est doté d’un système d’information clinique, vous êtes certainement déjà familier avec les pénibles allers-retours entre vos notes manuscrites, l’enregistrement sur bandes et le format numérique qui vous est présenté sur un écran, et généralement ce dernier a déjà été paramétré au bon format par quelqu’un d’autre. Ainsi, le clavier prend plus d’attention que votre patient, et vous devenez une sorte de ‘’gratte-données’’. Cela doit-il vraiment se passer ainsi ? Pourquoi pouvons-nous parler à nos téléphones portables, ou dicter des SMS, mais dans leur environnement de travail quotidien, médecins et infirmières sont assommés par les problèmes liés à la saisie des données ? Et pourquoi, tout comme le font les correcteurs orthographiques, suggérant la bonne grammaire et la bonne orthographe, les logiciels cliniques ne pourraient pas pointer les contradictions médicales ? Les médecins créent un rapport médical une bonne fois pour toute. Il vaut donc mieux qu’il soit correct. Les systèmes cliniques intelligents devraient être capables de suggérer au praticien des questions additionnelles lui permettant de ne rien oublier.
     

    Rêvons un peu

      Notre communauté (fournisseurs de soins et entreprises IT), sait qu’il reste encore pas mal de choses à faire pour permettre aux professionnels de santé de saisir facilement les données dans les dossiers patients informatisés. Le chemin vers l’analytique est encore plus difficile.

      Si on pouvait partager et comparer les résultats des traitements pour un diagnostic similaire dans une région, cela contribuerait-il à mieux comprendre les options thérapeutiques ? Et si nous étions capables de partager les résultats de chimiothérapie pour les cancers du poumon pour tous les patients de Bruxelles ? Ou tous les patients Belges, voire Européens ?

      Ce ‘big data’ offrirait aux professionnels et aux chercheurs un volume d’information énorme. Nous pourrions ainsi identifier plus rapidement les effets secondaires, les interactions médicamenteuses, les traitements les plus efficaces…

      Devinez quoi ? Ces données sont déjà disponibles. Dans chaque dossier détenu par les médecins. Elles ne sont juste ni partagées ni reliées. L’interopérabilité des données pourrait bien être la plus grande percée médicale de la prochaine décennie.

      Sources:

      Des difficultés avec votre DPI ?

      Nous vous aidons à saisir les données médicales de façon naturelle, simple et efficace dans votre DPI.

      Learn more

      Étiquettes : , , , , ,