Maîtrise du temps médical et qualité de la documentation, une difficile équation ?

Renseigner précisément les dossiers patients sans prendre de retard sur les consultations, une équation impossible pour les médecins. Exemple avec le docteur Clémence Heyberger, jeune médecin, chirurgien orthopédiste et spécialiste du rachis.
Par
difficile de combiner temps medical et documentation médicale de qualité

Invitée à témoigner dans le cadre du lancement de Dragon Medical Practice Edition 4, le Docteur Heyberger a accepté de partager les difficultés qu’elle rencontre au quotidien.  Installée en libéral depuis tout juste un an, entre consultations et bloc opératoire, entre temps médical et tâches administratives, ses journées sont chronométrées à la minute près. Ce qui l’oblige bien souvent à terminer les tâches administratives à la maison.

Temps médical ou qualité des notes, faut-il choisir ?

Pour le Dr Heyberger, la liste des documents à produire à l’issue de ses consultations et des opérations est longue : comptes rendus de consultation, comptes rendus opératoires, lettres de liaison, consignes post opératoires pour les infirmières, mots de visite, etc.  De par sa spécialité, elle ne peut pas confier leur saisie à la secrétaire du cabinet, qui est partagée avec 2 autres chirurgiens. Ce serait également un coût supplémentaire qu’elle ne peut se permettre aujourd’hui.  Rien qu’après chaque opération, elle consacre environ 10 minutes par patient pour produire uniquement le compte-rendu opératoire. Renseigner les données patients dans ce laps de temps reste une mission délicate. Pour garder la maîtrise du temps médical, le Dr Heyberger fait au plus court. Résultat : c’est la qualité de la documentation clinique qui en pâtit. « Je pourrais être plus détaillée, mais je n’ai pas le temps. Si c’est un patient que je vais opérer, je détaille plus mais là encore je dois garder l’œil sur la montre », confie-t-elle.

Quelle place pour le patient dans une journée chronométrée ?

Le Dr Heyberger voit en moyenne 10 à 15 patients par demi journée de consultation. La durée moyenne de consultation variant entre 11 et 18mn, selon qu’il s’agit d’une première consultation, d’une consultation de suivi ou d’une consultation de préparation opératoire.  Prendre le temps d’expliquer, de poser le diagnostic, de répondre aux questions sont des moments essentiels pour instaurer la confiance avec le patient. En consultation de préparation opératoire, pratiquer un testing des membres est un exercice incontournable. Il nécessite de nombreux allers-retours entre le clavier et le patient pour noter tous ces éléments. « Pour le compte rendu opératoire, j’y consacre le temps nécessaire car je dois être certaine qu’il est parfait pour être remis au patient », ajoute-t-elle.

Trouver l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle, entre développement de l’activité et qualité des consultations

Pas facile de tenir un timing serré… Surtout pour une jeune maman qui doit aussi jongler avec l’impératif de la fin de journée : aller chercher son fils chez la nounou. Elle l’avoue par manque de temps, sa documentation clinique est courte et succincte. Même s’il lui arrive souvent de terminer ses comptes-rendus à la maison, elle reconnaît éprouver une certaine frustration de ne pas pouvoir les détailler plus. Mais ce serait aujourd’hui au détriment de la qualité de ses consultations. Les tâches administratives passent donc au second plan surtout au démarrage d’une activité quand on doit trouver l’équilibre entre patientèle et budget.

Manifestement, le temps et qualité de la documentation sont liés. Pour résoudre cette équation de nombreux médecins ont opté pour la reconnaissance vocale. Tous reconnaissent être en mesure de produire des comptes rendus plus détaillés tout en ayant allégé significativement le temps consacré à la documentation. Jusqu’à 1h30 par journée de consultation, ce qui n’est pas anodin.

Dès le mois de mars 2018, le Dr Heyberger va mettre en place la reconnaissance vocale Dragon Medical Practice Edition 4 dans son cabinet avec pour objectif d’améliorer la qualité et la précision des notes, de gagner du temps sur le testing des membres en dictant en temps réel ses observations, lais aussi sur la production de ces comptes rendus. Rendez-vous dans 6 mois pour un premier bilan « AVANT/APRES la reconnaissance vocale » !

*Source : Grande consultation CNOM, déc. 2015

Sources:

Voir DMPE 4 en action

Découvrez comment notre nouvelle solution de reconnaissance vocale pour les cabinets médicaux et petites structures de santé, aide les médecins à améliorer la qualité de la documentation clinique et à retrouver du temps médical.

Decouvrez

Étiquettes : , ,

À propos Sandra Logut

Sandra Logut a développé son expertise e-santé depuis plus de 10 ans, notamment auprès d’un éditeur de systèmes d’information santé (#SIH #DPI #RIS #PACS #LIS) en France et au Benelux, puis en exerçant comme consultante pour accompagner les stratégies e-santé des entreprises et des start-up. A titre personnel, Sandra est membre de l’APSSIS, une association qui œuvre pour la sécurité des systèmes d’information de santé.