Dragon Medical Direct : quels bénéfices 3 ans après?

Dragon Medical Direct de Nuance est aujourd’hui indissociable de la pratique quotidienne des médecins. Pour la DSI, la charge de travail liée à la maintenance et au support est minime. Les anatomo-cytopathologistes comme les infirmières des urgences ont récemment adopté la solution déjà utilisée par les médecins.
Par
Dragon Medical Direct en action

Dragon Medical Direct : un bilan extrêmement positif après 3 ans d’utilisation

La combinaison de la reconnaissance vocale Dragon Medical Direct, du dossier patient informatisé, de la messagerie sécurisée et de la numérisation des archives a permis au Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph d’améliorer ses processus organisationnels ainsi que la qualité de la prise en charge des patients. 350 médecins ont ainsi totalement adopté la reconnaissance vocale au curseur, devenue une évidence dans leur pratique.

Dragon Medical Direct a naturellement remplacé le clavier

Pour les médecins, dicter dans le dossier patient est devenu aussi naturel que l’était auparavant l’usage du clavier. La reconnaissance vocale est tellement intégrée à leur quotidien qu’ils oublient qu’ils l’utilisent. La saisie des données cliniques dans le dossier patient informatisé, la production des lettres de liaison et autres courriers, la rédaction de leurs e-mails, etc. se font désormais uniquement avec la reconnaissance vocale au curseur. « La reconnaissance vocale est considérée par les médecins comme un facilitateur et non comme une obligation. Elle ne suscite plus aucune question. Pour eux, elle est aujourd’hui indissociable de leur pratique quotidienne », indique Christophe Nicolaï, DSI du Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph.

Une charge minime pour la DSI

En trois ans, aucun incident technique n’a été causé par Dragon Medical Direct. Son installation est lancée automatiquement sur les postes de travail connectés directement au serveur depuis la DSI. La prise en main de Dragon Medical Direct par les médecins se fait facilement et en quasi totale autonomie. Très simple d’utilisation, la solution ne nécessite qu’une formation élémentaire. Les équipes informatiques interviennent essentiellement pour des problèmes de microphones, soit parce qu’il en manque, soit parce qu’ils sont défectueux. « Du point de vue de l’IT, il s’agit d’un projet facile à gérer et qui pèse peu sur nos ressources », ajoute le DSI.

Des nouveaux utilisateurs parmi les professionnels de santé

Les résultats obtenus par les médecins ont motivé d’autres professionnels de santé du GHPSJ à utiliser la reconnaissance vocale. Plusieurs psychologues se sont mis à dicter leurs comptes rendus, souvent très longs, pour gagner du temps. Dans le service d’anatomo-cytopathologie, les techniciennes dictent tout en gardant les mains libres pour manipuler leurs échantillons. Elles activent le microphone via un pédalier configuré avec des jeux de commandes. Quant aux infirmières des urgences, elles sont challengées sur le temps de triage des patients et, là encore, la reconnaissance vocale leur permet d’être plus efficaces.

Sources:

En savoir plus sur le bilan fait par le GHPSJ sur Dragon Medical Direct

Lisez le témoignage du DSI

En savoir plus

Étiquettes : , , , ,

À propos de Sandra Logut

Sandra Logut a développé son expertise e-santé depuis plus de 10 ans, notamment auprès d’un éditeur de systèmes d’information santé (#SIH #DPI #RIS #PACS #LIS) en France et au Benelux, puis en exerçant comme consultante pour accompagner les stratégies e-santé des entreprises et des start-up. A titre personnel, Sandra est membre de l’APSSIS, une association qui œuvre pour la sécurité des systèmes d’information de santé.