Comment diviser par 3 le temps d’attente des patients en radiologie ?

Au cœur du diagnostic, les radiologues sont de plus en plus sollicités et les délais d’attente de leurs patients une fois l’examen pratiqué est beaucoup trop long. Alors que l’expérience patient joue un rôle clé dans le processus de guérison, comment réduire ce temps souvent stressant pour des patients en attente de leur diagnostic ?
Par
Comment diviser par trois le temps d’attente des patients en radiologie, le témoignage d’un médecin radiologue

Le Centre de radiologie de Romans-Sur-Isère gère en moyenne 140 patients par jour. Les patients attendaient leur compte-rendu plus de 45 minutes, voire une heure, après l’examen. Pour le Dr Kocier, à l’initiative du projet de reconnaissance vocale, la technologie est suffisamment mature et précise pour être un élément facilitateur dans la pratique quotidienne de la radiologie et permettre des gains de qualité aussi bien pour les patients que pour les radiologues. Voici les 3 ingrédients utilisés par le Dr Kocier pour une meilleure expérience patient en radiologie :
 

1. Une bonne dose de reconnaissance vocale

    La reconnaissance vocale nous est apparue être la meilleure solution pour réduire cette attente stressante pour les patients. Les bons échos d’autres confrères nous ont aussi conforté dans notre choix. A ce jour, le compte rendu est remis 15 minutes après l’examen.

    Nous avons ainsi réussi à diviser par 3 le temps d’attente de nos patients. Nous souhaitions aussi soulager nos 8 secrétaires de la frappe des comptes rendus pour réorganiser leur travail autour de l’accueil des patients, de la gestion des appels téléphoniques et de la réalisation de tâches administratives plus stratégiques. Pour ma part, je suis un fervent utilisateur de la reconnaissance vocale dont je constate tous les jours les bénéfices.
     

    2. Ajoutez-la au RIS

      La reconnaissance vocale nous permet de produire 100% des comptes rendus d’échographies, de mammographies et d’IRM. Interfacé avec notre RIS, le compte rendu est dicté dans une page Word, puis directement enregistré dans notre système. Après une dernière relecture par les secrétaires, il est ensuite remis en mains propres aux patients et envoyé en même temps à leur médecin généraliste.

      La reconnaissance vocale nous permet réellement de mieux prendre en charge nos patients. La réduction du temps d’attente après l’examen a été significatif. Cela nous a aussi permis de désengorger notre salle d’attente. En tant qu’utilisateur, j’ai gagné en confort de travail. J’apprécie de voir apparaître à l’écran ce que je dicte et ainsi pouvoir plus facilement reformuler mon propos si nécessaire.
       

      3. Un soupçon de formation

        Le projet a été mené en collaboration avec Dicma, le revendeur certifié de la solution Dragon Medical Practice Edition. 4 médecins ont tout d’abord testé la solution pendant une demi-journée et ce premier test immédiatement été concluant. Des formations individuelles complémentaires d’une à deux heures ont aussi été organisées pour les radiologues et des modèles de comptes rendus types ont été également créés.

        Pas de secret dans cette recette, mais du bon sens, la solution adaptée aux problématiques des radiologues et un accompagnement pour tirer le meilleur parti de la technologie. Désormais, moins de stress pour les patients qui reçoivent leur compte rendu 15mn après leur examen, et plus de satisfaction pour les radiologues.

        Sources:

        Téléchargez l’eBook radiologie

        Découvrez pourquoi la reconnaissance vocale est indispensable à votre activité, téléchargez l’eBook « Radiologues, 5 raisons d’adopter la reconnaissance vocale », témoignages de médecins à l’appui.

        Download

        Étiquettes : , , ,

        À propos Sandra Logut

        Sandra Logut a développé son expertise e-santé depuis plus de 10 ans, notamment auprès d’un éditeur de systèmes d’information santé (#SIH #DPI #RIS #PACS #LIS) en France et au Benelux, puis en exerçant comme consultante pour accompagner les stratégies e-santé des entreprises et des start-up. A titre personnel, Sandra est membre de l’APSSIS, une association qui œuvre pour la sécurité des systèmes d’information de santé.