La génération Y va-t-elle populariser l’écologie au bureau?

D'une manière générale, les travailleurs de la génération Y sont à la fois plus à l'aise avec les nouvelles technologies et plus conscients des problématiques environnementales que les autres générations. Ces qualités gagnent à être mises à contribution dans le monde d'aujourd'hui.
Par
Journée de la Terre

 
Ces dernières années, les entreprises d’études, les sociologues et les experts se sont concentrés sur un nouveau domaine : l’analyse des attitudes et des comportements de la génération Y (ceux nés entre 1980 et 1999) et ils conseillent les employeurs à savoir comment s’y adapter.

Rien d’étonnant, car rien qu’en 2015, on comptait 13,8 millions de personnes entre 20 et 35 ans au Royaume-Uni (Source : ONS 2015).

Deux caractéristiques propres à cette génération sont particulièrement susceptibles d’influencer et de remodeler l’entreprise de demain. Étudions ces deux caractéristiques ainsi que leur point commun ; ce dernier offre à la génération Y l’occasion de réimaginer et d’améliorer le lieu de travail.
 

La technologie et l’environnement

    La génération née en 1981 est la première à grandir avec les technologies numériques, de l’Internet haut débit aux ordinateurs portables, en passant par les smartphones et les réseaux sociaux. Ainsi, d’après un sondage mondial PwC mené auprès de jeunes diplômés, « la génération Y a des attentes particulières concernant l’utilisation des technologies sur leur lieu de travail. Ils attendent des technologies, qui simplifient déjà leur vie quotidienne, qu’elles améliorent également les moyens de communication au travail. 59 % d’entre eux affirment d’ailleurs que le choix d’un nouvel emploi est influencé par l’équipement en technologies de pointe de l’employeur. »

    Pour les organisations qui encouragent ou même fournissent les appareils portables et les applications dont les jeunes travailleurs sont adeptes, c’est l’occasion rêvée d’attirer et de retenir les meilleurs et les plus brillants d’entre eux. Pour d’autres employeurs, plus lents à adopter les nouvelles technologies, ou même dépendants d’outils obsolètes, cela peut créer un véritable décalage entre attentes et réalité.

    Une réelle conscience écologique doublée d’un sens des responsabilités face aux problématiques environnementales, tant au niveau personnel que communautaire et global, caractérise également sans conteste la génération Y. Dans son ouvrage The Green Workplace, Leigh Stringer explique : « Les jeunes diplômés du supérieur ont intégré le développement durable et pensent que tous les aspects de leur vie, y compris leur emploi, ne doivent laisser qu’une empreinte écologique minime. »

    Les attentes de cette frange de travailleurs croissante constituent un défi pour les employeurs. Selon un sondage d’une société de gestion des ressources humaines (SHRM), 61 % des employés d’organisations actives dans la protection de l’environnement ont déclaré qu’il est « très probable » ou « probable » qu’ils restent dans leur entreprise actuelle pour cette même raison. Que dire alors des bureaux dont le fonctionnement d’un autre âge ne reflète plus qu’inefficacité, gaspillage et désintérêt de l’environnement ?
     

    Une opportunité de changement

      Chez la plupart des employeurs, les travailleurs de la génération Y ont souvent la possibilité d’exercer leurs prédispositions pour les nouvelles technologies et leur respect de l’environnement et ils contribuent même à créer un environnement de travail plus écologique et durable. Prenons l’exemple des impressions au bureau : une habitude insignifiante qui crée pourtant des quantités astronomiques de déchets (papier, encre, cartouches, imprimantes hors d’usage, etc.), de fournitures inutiles et d’espace perdu, sans parler de l’impact de cette pratique en termes de coûts et de productivité.

      Dans la deuxième partie de cette série, nous nous pencherons sur des exemples précis de mesures applicables par tous ceux qui se sentent concernés par la technologie et l’environnement, afin d’améliorer leur espace de travail. Par exemple :

      • Privilégier l’affichage sur appareil mobile
      • Favoriser la version électronique des documents
      • Remettre en cause l’impression systématique
      • S’assurer que les documents imprimés parviennent au bon destinataire

      Rendez vos documents écologiques

      Regardez ce qui se passe quand les efforts pour préserver l'environnement tournent mal.

      Decouvrez

      Étiquettes :