Entre télémédecine et assistants médicaux, notre système sera-t-il en meilleure forme en 2019 ?

Après des années d’hésitation et des mois d’expérimentation, la télémédecine est enfin accessible à tous. Une bonne nouvelle pour les médecins comme pour les patients. L’assurance maladie va en effet rembourser ces consultations (sous condition). Cette annonce devrait avoir pour effet de favoriser un accès aux soins plus rapide et plus facile notamment au sein des déserts médicaux. Elle devrait aussi permettre d’alléger la tâche des services d’urgences trop souvent sollicités par des patient ne pouvant accéder rapidement à un médecin.
Par
La-télémédecine-s-ouvre-à-tous-mais-les-exigences-et-la-charge-de-travail-restent-les-mêmes-pour-les-médecins

 
Cela étant, pour les médecins la charge de travail et les exigences restent les mêmes.
 

Exigences de continuité du parcours de soins

    Qu’il s’agisse d’une consultation traditionnelle ou en télémédecine, les praticiens devront, de la même manière, fournir au patient sa lettre de liaison une fois la consultation terminée. La reconnaissance vocale, quatre fois plus rapide que le clavier, permet déjà à des millions de médecins dans le monde d’être plus efficaces.
     

    Exigences qualité

      Compléter le dossier du patient reste une tâche commune aux deux types de consultation : en télémédecine ou traditionnelle. En cabinet comme à l’hôpital, les dossiers patients informatisés permettent de centraliser les données cliniques pour une meilleure traçabilité. L’utilisation de la reconnaissance vocale basée sur l’IA a montré sa contribution dans la bonne tenue des dossiers patients. En naviguant dans ces dossiers et pouvant dicter naturellement dans les champs à compléter, les médecins gagnent en temps et en précision.
       

      Exigences de communication

        Acté par la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016, le Dossier Médical Partagé doit être généralisé à partir du 8 novembre prochain, selon le patron de la CNAM. Son objectif : partager l’information médicale et communiquer entre professionnels de santé et patients, et disposer ainsi d’une vue globale sur l’ensemble du parcours de soins. Pour les médecins, cela implique de devoir verser au DMP, si il a été créé, les lettres de liaison.

        Les 4000 assistants médicaux, annoncés par le gouvernement et censés décharger les médecins des tâches administratives sont-ils la bonne réponse ? L’avenir le dira. En attendant, les technologies numériques sont suffisamment matures et fiables pour soutenir les praticiens dans leurs efforts pour répondre à ces exigences tout en dispensant les meilleurs soins possibles à leurs patients. Et la reconnaissance vocale, d’autant plus lorsqu’elle est basée sur l’intelligence artificielle, a déjà démontré sa capacité à rétablir du temps médical au profit d’un meilleur confort de travail pour les professionnels de santé et une plus grande satisfaction des patients.

        Sources:

        En savoir plus ?

        Découvrez comment Dragon Medical vous aide à répondre aux exigences, que vous pratiquiez une consultation traditionnelle ou en télémédecine.

        Decouvrez

        Étiquettes : , , ,

        À propos Sandra Logut

        Sandra Logut a développé son expertise e-santé depuis plus de 10 ans, notamment auprès d’un éditeur de systèmes d’information santé (#SIH #DPI #RIS #PACS #LIS) en France et au Benelux, puis en exerçant comme consultante pour accompagner les stratégies e-santé des entreprises et des start-up. A titre personnel, Sandra est membre de l’APSSIS, une association qui œuvre pour la sécurité des systèmes d’information de santé.